Vous êtes ici
Home > Culture > Rouen érotique : Et si le patrimoine rouennais vous parlait cru ?

Rouen érotique : Et si le patrimoine rouennais vous parlait cru ?

erotique

Saviez-vous qu’il est possible de faire une promenade érotique dans les rues de Rouen ? Entre les éléments architecturaux des bâtiments et les oeuvres coquines de nos musées, notre ville est pleine de surprises ! On vous propose de découvrir la ville comme vous n’aviez encore jamais osé la regarder …

Le Phallus Impudicus du Palais de Justice

Dans la cour du Palais de Justice, on peut observer plusieurs gargouilles dont les entrejambes sont pudiquement décorées de feuillages divers : plantes, choux et feuilles de salade.

Mais la Gargouille du centre droit de la façade ouest est un peu plus perturbante … En effet, l’élément végétal présent entre les pattes du monstre est ici un « Phallus Impudicus ». Si vous l’ignoriez, il s’agit du nom d’un champignon ayant la forme d’un sexe masculin. A sa base, deux boules font forcément penser à un couple de testicules …

Le seul élément qui peut nous faire encore douter, c’est un escargot qui remonte le long de la hampe sexuelle, et qui renvoie tout de même au monde végétal. Mais la connotation érotique reste évidente …

Phallus Impudicus

La main baladeuse du Satyre – Musée des Beaux-Arts

Nymphe et Satyre est une sculpture de Théodore Géricault, né à Rouen rue de l’Avalasse en 1791. SI l’on suit les bras du Satyre, on se rend bien compte qu’il n’est pas en train de jouer aux cartes avec la demoiselle …

« L’amour du satyre pour une nymphe est un thème mythologique souvent traité avec légèreté. Mais ici le satyre est un mâle athlétique. La femme est éreintée par la prise qui la plaque contre terre et le corps à corps apparait comme un viol » écrit Marie Pessiot*.

Il n’est pas évident qu’il s’agit d’un viol, mais la sculpture dégage en tout cas une grande force qui ne peut laisser indifférent le visiteur …

*Marie Pessiot in Musée des Beaux-Arts de Rouen, Guide des collections XVIIIe, XIXe et XXeme siècle.

 

nymphe et satyre mba

 

L’Hôtel du Petit Mouton de Simone de Beauvoir

La rue du Petit-Mouton est l’une des rues les plus anciennes de Rouen, et aussi la plus étroite. A l’origine, on pouvait y trouver des étuves, c’est à dire des bains pour femmes.

Lorsque Simone de Beauvoir fut professeur de philosophie au lycée Jeanne d’Arc, de 1932 à 1936, elle logea pendant un temps à l’Hôtel du Petit-Mouton, pas toujours bien fréquenté. Dans son livre La Force de l’Age, Simone de Beauvoir écrit : « C’était dans une venelle… une vieille maison de style normand… A droite se trouvaient des chambres de passe, à gauche logeaient des pensionnaires… »

C’est à Rouen que Simone de Beauvoir rencontre Olga, qui après avoir été son élève, devint son amie-amante. Sartre et Beauvoir s’inspireront de leur histoire à trois dans leurs oeuvres respectives : Sartre dans Huis-Clos et Simone de Beauvoir dans L’Invitée. Sans doute nostalgiques de cette époque, ils fréquenteront de nouveau l’Hôtel du Petit-Mouton en 1942 !

Danaé, la princesse engrossée par une pluie d’or  – Musée des Beaux-Arts

Dans la mythologie grecque, Danaé est la la fille d’Acrisios, roi d’Argos, et d’Eugydice. Suite à un oracle qui lui prédit qu’il allait être tué par son petit-fils, Acrisios emprisonne sa fille dans une tour pour qu’elle ne puisse jamais concevoir. Mais Zeus, amoureux de la jeune femme, parvient tout de même à entrer dans la tour sous la forme d’une pluie d’or qui tombe sur la princesse. Et Paf ! La princesse met au monde un fils, Persée.

Au Musée des Beaux-Arts, on peut admirer une toile attribuée à Jean Mosnier. Les couleurs sont plutôt froides, mais du ciel tombe une pluie d’or. Patrice Quéréel écrit « L’artiste a peint la princesse légendaire sous une pluie d’or, qui pourrait bien n’être, en fait, toutes métaphores dissipées, que pluie de sperme … suprême … » 

La Gargouille excitée du Temple Saint-Eloi

Décidément, les gargouilles de Rouen n’ont pas leur *BIIIIP* dans leur poche !

Ancienne église devenue temple protestant en 1803, Saint-Eloi nous présente au Nord-Ouest de l’édifice, une gargouille plutôt bien membrée ! Point d’escargot sur ce phallus, mais il n’en reste pas moins plutôt impressionnant !

gargouille

Cet article a été écrit grâce à la passionnante application « Rouen Erotique » de Patrice Quéréel. A télécharger de toute urgence, pour découvrir Rouen en 69 … étapes !

Laisser un commentaire

Top
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Facebook5k
Facebook
Instagram1k
YouTube30
YouTube
PINTEREST2k