Vous êtes ici
Home > Mode > 5 bonnes raisons de ne pas faire les soldes cette année

5 bonnes raisons de ne pas faire les soldes cette année

Et oui, Les Normandpolitains ont décidé de prendre le contre-pied de cette période d’achat frénétique. S’il y a deux ans nous vous avions donné quelques tips pour réussir comme des pro vos achats pendant les soldes d’Hiver, on ne peut pas nier qu’il y a également plein de bonnes raisons de rester au chaud chez soit plutôt que de sillonner les allées de chez Zara.

Voici nos 5 bonnes raisons de ne pas faire les soldes cette année :

 

C’est la cohue

Qui dit « solde » dit « désordre » ! Evidemment, à Rouen, on est loin des bousculades impressionnantes des grandes enseignes américaines. On sait se tenir. Mais tout de même, il faut reconnaitre que faire son shopping dans une marrée humaine n’a rien plaisant.
C’est énervant de se faire bousculer toutes les trente secondes par des hystériques qui veulent le même jean que vous. C’est désagréable de piétiner sur place pour accéder aux rayons. C’est agaçant de ne pouvoir essayer ses fringues sans faire 47 minutes de queues aux cabines. Tout ça pour reposer n’importe où vos articles car, aux caisses, il y a autant de monde que sur les Champs Elysées en période de Coupe du Monde.
Bilan : vous êtes déjà assez stressées dans la vie pour ne pas vous infliger ça. Merci, bonsoir.

 

Il fait trop froid

Comme le temps se rafraîchit sérieusement, on se couvre plus. Résultat ? En entrant dans les boutiques on crève littéralement de chaud et on doit tenir à bout de bras son manteau, son écharpe, son sac sans oublier nos futurs achats. Une fois dehors, on se les gèle, on pose le tout au sol le temps de se rhabiller et c’est repartie pour un tour.
Agréable ? Pas vraiment.
Le bonus Normand ? Une petite pluie bien froide qui va nous faire frisotter les cheveux, couler notre mascara ou pire… sortir notre parapluie alors qu’on porte déjà à bout de bras la collection entière de chez Mango.

 

C’est la preuve qu’on se fait avoir dès le début

Ça ne vous fait pas rager de constater que, même à -70%, les marques se font quand même une belle marge ?
Il faut savoir que le prix affiché sur les étiquettes de vos marques favorites ne représente pas le coût de revient du vêtement. Evidemment, il faut enlever les coûts de fabrication, les frais de port, le bail des magasins, les salaires des employés, la publicité etc… mais ceux-ci ne représentent qu’une infime partie du prix final.
Certaines marques « haut-de-gamme » utilisent les mêmes matières premières que les grandes enseignes, mais en fixant un prix psychologique élevé pour asseoir leur positionnement. Bref, une qualité médiocre, un prix élevé et des soldes rentables.
Finalement, on va peut-être attendre un vide-dressing ou faire un tour sur Vinted ?

 

On a tendance à ne jamais acheter ce dont on avait besoin

Le problème pendant les soldes, c’est que nous avons plus tendance à laisser nos pulsions commander nos actes d’achat. Le prix étant revu à la baisse, on se laisse plus facilement tenter par des vêtements dont on n’a pas vraiment besoin, une taille qui n’est pas vraiment la nôtre ou une robe « qu’on pourra mettre à une soirée chic » mais qui ne sortira probablement jamais du placard.
Le pire, c’est qu’une fois sur deux, on finit toujours par craquer pour une pièce de la nouvelle collection.

 

C’est bon pour la planète

On le sait, vous le savez, vos parents le savent, votre chat le sait, les abeilles le savent et votre papi fait de la résistance, mais bon, ça on n’y peut rien.
Les faits sont là : l’achat de biens neufs représente un coût bien plus important que ce que veulent bien nous dire les marketeurs. Votre étiquette c’est le sommet de l’iceberg, le coût sur le planète il prend la flotte.
Pour produire du coton il faut des tonnes et des tonnes d’eau, de pesticide, de main d’oeuvre à bas coûts, de gasoil…
Pour une tablette ou un smartphone, il faut extraire des minerais de façon pas jolie-jolie, transformer les matières premières, les transporter… et tout ça consomme énormément de CO². Pour rentabiliser cette production, il faudrait utiliser ces appareils pendant plus de 70 ans (et on n’est pas sur que notre batterie va tenir le coup).

 

 

Alors, si vous avez le mental de Maitre Yoda et que vous avez quand même décider de vous monter au front, carte bleue au fusil, on vous propose un petit cheminement d’achat pour ne pas vous tromper. Voici 4 questions à se poser :

  1. Quand vous voyez un article qui vous plaît, demandez-vous si vous en avez envie ou besoin. Dans le premier cas, reposez doucement l’objet de la tentation (car c’est mal, très mal, très très mal).
  2. Si vous en avez besoin, vérifier que vous n’en avez pas déjà un à la maison ! Si c’est oui, vous n’en avez pas vraiment besoin (on sait, c’est dur).
  3. Vous en avez besoin ? Vous n’en avez pas chez vous ? C’est déjà ça, mais allez-vous l’utiliser souvent ? 
    Vous n’avez pas de machine à faire des pâtes maison et vous avez envie de confectionner vos propres raviolis pour vos dîner entre amis ? On vous le dit tout de suite, vous allez vous en servir 3 fois, parce qu’une fois que vous aurez mis de la farine partout, réussi à trouver les bons dosages et nettoyer à la brosse à dents les tous petits trous qui sont restés bouchés dans le lave vaisselle, votre machine va se retrouver vite fait à la cave.
    Non, ce n’est pas du vécu, pourquoi vous dites ça ?
  4. Demandez-vous si vous ne pourrez pas retrouver ce produit autre part ? Sur des sites d’occasion, des applications de shopping entre particulier ou si vous pouvez l’emprunter à quelqu’un plutôt que de l’acheter neuf. Ça fait du bien au porte-monnaie et à la planète tout ça.

 

Laisser un commentaire

Top
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Facebook5k
Facebook
Instagram1k
YouTube30
YouTube
PINTEREST2k