Vous êtes ici
Home > Actu > CULTURE – 3 sorties pour un mois d’Avril pas comme les autres

CULTURE – 3 sorties pour un mois d’Avril pas comme les autres

sorties avril

Pour le mois d’Avril, on vous a sélectionné 3 idées de sorties, du plus classique au plus insolite. Ce qui est sûr, c’est qu’il y en a pour tous les goûts ! Il ne vous reste plus qu’à choisir la bonne personne pour vous accompagner …

 

Pour les amoureux des Beaux-Arts : « Braque, Miro, Calder, Nelson : Varengeville, un atelier sur les falaises »

C’est l’exposition de l’année au Musée des Beaux-Arts de Rouen ! Démarrée le 5 avril, vous pourrez en profiter jusqu’en Septembre !

On y voit quoi ? 

Depuis 2 ans, la Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie organise un cycle d’expositions d’art moderne autour de grands artistes du XXème siècle qui ont marqué la Normandie. En 2017, on a pu découvrir l’exposition Picasso à Boisgeloup et en 2018, Marcel Duchamp.

Cette année, le Musée des Beaux-Arts présente les oeuvres d’une colonie d’artistes qui s’est formée à Varengille-sur-mer, lieu d’inspiration, de rencontres et d’amitiés. 

On y découvre donc les travaux de ces artistes et les liens qu’ils ont entretenus avec cette ville de Seine-Maritime. Paul Nelson, Georges Braque, Alexander Calder et Joan Miro… Vous connaissez leurs noms, mais connaissez-vous vraiment leurs oeuvres ? C’est l’occasion de les découvrir. Et sachant qu’ils ont été inspirés par une ville de chez nous, ça nous rend d’autant plus curieux !

Le musée propose de nombreuses visites guidées, mais aussi des ateliers pour les enfants. Dates à retrouver dans la plaquette de présentation.

On y va avec qui ? 

Avec sa mère qui vient passer le week end à Rouen, son fils de 8 ans qui passe son temps à dessiner, ou son nouveau rendez-vous Tinder qui « aime les expos »

Musée des Beaux-Arts de Rouen, Esplanade Marcel Duchamp

Du 5 avril au 2 septembre 2019
Ouvert tous les jours sauf le mardi de 10h à 18h. Fermé le 1er Mai. 
9h-12h / 13h30-17h30

Tarif plein : 9 euros / réduit : 6 euros / Gratuit pour les – de 26 ans, demandeurs d’emplois et personnes en situation de handicap. (L’accès aux collections permanentes reste gratuit pour tous) 

Braque

Pour décrocher de son écran sans trop de violence : L’expo « Geek »

C’est la nouvelle expo organisée par Pix3l, l’association qui consacre son action à la culture numérique. Pix3l se donne comme mission d’offrir au public un accès à la culture décomplexée et accessible, une autre manière d’appréhender l’art, sans cérémonie ni prétention.

Pour cette nouvelle exposition, Pix3l investit le Centre André-Malraux, situé au coeur du quartier de la Grand-Mare.

On y voit quoi ? 

L’exposition interroge la figure du « geek ». Car au fond, c’est quoi un « geek » ? No life, cinéphile, gamer, cosplayer, rôliste, fan boy, otaku, hacker, matheux, scientifique…  De nombreux termes, qui prouvent bien qu’il n’existe pas un seul profil de « geek », mais bien une multiplicité d’individus différents ! Si le terme était autrefois utilisé pour qualifier l’adolescent timide et boutonneux, l’image a évolué au fil des années, et on l’associe aujourd’hui volontiers à des génies comme Steve Jobs.

L’exposition propose donc de se plonger dans la représentation de cette figure emblématique de notre époque et des univers qui lui correspondent.

On y va avec qui ? 

Avec son neveu de 15 ans, son grand-frère de 35 ans, ou son nouveau rendez-vous Tinder qui « aime les jeux vidéos ».

Centre André Malraux, Rue Couperin

Du 3 au 26 avril 2019
Ouverture du lundi au vendredi
9h-12h / 13h30-17h30

Entrée gratuite

geek

Pour un ciné-underground : Les projections du Camion-Cinéma

Un ciné-truck, ça vous dit ? On trouve le concept original et intriguant, et on a bien envie d’aller y faire un tour !

Ces projections sont organisées par Echelle Inconnue, un groupe de recherche et de création transdisciplinaire qui travaille et défend depuis 20 ans les formes atypiques d’habitat et la transformation des villes. Le cinéma étant une part importante de leur travail, ils organisent en avril un cycle de projections qui se déroulent dans des salles de cinéma, mais aussi en plein air avec un camion-cinéma. 

On y voit quoi ? 

Echelle Inconnue vous donne rendez-vous pour 3 projections insolites.

Dimanche 14 avril à 11h au cinéma L’Omnia de Rouen (Gratuit) 

Ciné-Débat : La Hague, Flamanville : habiter un territoire nucléaire ?

Flamanville brûle t-il ? de Stany Cambot (38min, 2019) 

Fable urbaine : Flamanville est un dragon, une hydre, une anguille entre les rochers. Là où aujourd’hui s’édifie la centrale nucléaire de nouvelle génération, il y avait une mine. Avant la mine, une grotte et dans celle ci un dragon qu’un Saint venu d’Ecosse, monté sur une roue, pétrifia.

Atomes crochus, de Rémi Mauger (58min, 2000) 

Il y a un peu plus de 50 ans, la France gaullienne construisait au cap de La Hague, l’usine de retraitement des conbustibles usés provenant des réacteurs nucléaires. Comment les élus et la population ont acueilli sur ce territoire, alors à 50% agricole, et sans mécanisation, cette nucléarisation de leur terre, 22 ans avant la construction de la centrale de Flamanville ?

Mardi 16 avril à 20h30 dans le jardin de l’Hôtel de Ville (Gratuit) 

Projection en plein air avec le camion-cinéma

Etre Cheval, de Jérôme-Clément Witz (63min) 

Karen, professeur retraité de 50 ans et père d’un enfant, souhaite devenir cheval. Il est pony‐player : comme des dizaines de milliers d’autres à travers le monde, il porte sabots, crinière et queue, et se laisse dresser aux rênes ou en carriole. À travers cette quête, il questionne l’humanité même, les différences de genre, il explore la vie, l’amour et la nature.
Être cheval est une invitation poétique où la vie et le rêve fusionnent, les frontières se dissolvent et la beauté émerge.

Jeudi 18 avril à 19h30 au Cinéma L’Ariel de Mont-Saint-Aignan (Tarif du cinéma) 

Soirée monstrueuse en salle et projections avec le camion-cinéma + Apéro-dinatoire entre les 2 films

Caniba de Verena Paravel et Lucien Castaing‐Taylor (90min)

Un documentaire qui va à la rencontre de Issei Sagawa, rendu tristement célèbre pour avoir assassiné et dévoré une jeune étudiante néerlandaise à Paris en 1981. Jugé mentalement irresponsable de ses actes, il est relâché et revient dans son pays d’origine. Surnommé le Japonais Cannibale, il a profité de sa médiatisation pour jouer dans plusieurs publicités et a publié de nombreux romans et mangas, tous centrés autour de son crime.

Leviatha de Verena Paravel et Lucien Castaing‐Taylor (87min)

Dix caméras numériques sont embarquées sur un chalutier et attachées aux corps des pêcheurs ou aux cordages du bateau. Ballottées au gré du vent et des vagues, ou au milieu des poissons à l’agonie dans les cales, elles enregistrent un réel démesuré et sans fard, monstrueusement présent. Par le biais de ce dispositif radical, sans commentaire ni interview, Leviathan propose une expérience extrême, hypnotique.

On y va avec qui ? 

Avec son pote qui rentre de Berlin, ou son nouveau rendez-vous Tinder qui aime « les expériences artistiques qui questionnent la ville et le territoire ».

Laisser un commentaire

Top
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Facebook5k
Facebook
Instagram1k
YouTube30
YouTube
PINTEREST2k