Vous êtes ici
Home > Lifestyle > Expat’ : 5 choses à savoir avant de prendre votre envole

Expat’ : 5 choses à savoir avant de prendre votre envole

pays

La grisaille vous ennuie, le Neufchâtel vous dégoûte, et vous connaissez Into the Wild par coeur ? On vous comprend et c’est pourquoi certains font le choix de tout quitter pour redémarrer leur vie sous des ciels plus cléments. Que ce soit au pays des caribous, sur les plages de sable fins ou au milieu des gratte-ciels, on se voit déjà partir au bout du monde et publier fièrement sur Facebook « Expatriée et alors » !

 

Mais le départ ne doit pas se faire dans la précipitation. Alors pour mettre toutes les chances de votre côté, la rédaction vous révèle 5 conseils à suivre avant de partir (-là-baaaas-) !

 

1/ On se prévoit un budget confortable (voir, très confortable)

Quand on prévoit de déménager à l’étranger pour se lancer à corps perdu dans une nouvelle vie, on prévoit forcement une petite cagnotte pour nos début sur place. Le problème, c’est qu’elle se réduit comme peau de chagrin car on a eu du mal à anticiper toutes les dépenses.

Le boulot peut être difficile à trouver, l’appartement une tanné à dénicher, il faut prévoir les loyer d’avance et les frais d’agence, la caution, l’eau l’électricité, les meubles, l’abonnement téléphonique, les transports, les frais médicaux… la vie quoi. Et selon votre pays, cela peut grimper très très vite.

A cela, il faut ajouter des petits frais « sociaux » car vous n’allez pas rester tout seul dans vitre coin ! Un petit resto, des verres, des sorties… 

Que faire ?

On se prépare de quoi amortir les premières dépenses qui vont arriver plus vite que vous ne le penser. On vous conseille de vous renseigner sur les prix du marché de votre future ville et de mettre de côté au minimum 3 mois de loyer plus de quoi profiter sur place.

Le mieux :

Vendez ce que vous n’allez pas emporter ! Vous ne pourrez certainement pas partir avec vos meubles alors squattez Vinted, Le Boncoin, foire à tout ou dépannez des étudiants en galère à petit prix… bref, transformez-vous en véritable petit écureuil.  

voyage

2/ On prévoit des délais d’emménagement réalistes

Vous avez prévu 10 jours de Airbnb ? Vous pensez que 5 jours à l’hôtel suffiront pour trouver votre futur logement ? Optimiste mais imprudent !

Que faire ?

Prévoyez un pied-à-terre durable d’au moins un bon mois histoire de pouvoir prendre votre temps dans les démarches, visiter les différents quartier dans lesquels vous aimeriez habiter, comparer les appartements ou maisons.
Si vous partez avec un job en poche, c’est aussi l’occasion de tester les temps de trajet, de trouver les écoles à proximité pour scolariser au mieux vos petits bouts de chou.

Le mieux :

Evidemment, si vous avez déjà des amis sur place il ne faut pas hésiter à squatter leur chambre d’ami, mais tout le monde n’a pas la chance d’arriver en terrain conquis. On vous conseille d’essayer les maisons d’hôtes. Avec des pièces complètement indépendantes et des espaces adaptés aux enfants, elles ont l’avantage d’être compétitives au niveau des tarifs et de sympathiser avec vos hôtes qui pourront vous renseigner sur les quartiers et la vie locale.

voyage

3/ On se constitue rapidement un réseau sur place

Si se déraciner est extrêmement difficile, s’implanter de façon pérenne dans votre nouveau pays l’est tout autant. Alors, pour tenir le coup et ne pas avoir le mal du pays, il faut rapidement vous atteler à vous constituer un réseau afin de vous sentir moins seul et de tisser du lien.

Comment faire ?

On peut déjà préparer le terrain en amont, avant notre départ ! Et pour cela, les réseaux sociaux sont idéaux avec leurs dizaines de groupes d’expatriés.
Le plus connu : « Les français à… » derrière, vous rajoutez votre ville ou votre pays. Les français à Londres, au Brésil, en Nouvelle Zélande, aux philippine, au Canada, à Barcelone… .
C’est l’occasion de vous faire connaitre, de poser toutes vos questions à des frenchy qui sont déjà installer et qui pourront sagement vous conseiller. Cela vous permettra de vous projeter, de vous sentir compris, et d’éviter les mauvaises surprises.

De plus, qui sait, le courant pourrait bien passer avec certains d’entre eux.

Le mieux :

Sur place, ne vous contentez pas de trainer avec d’autres expatriés français. Essayez de stimuler les rencontres, par exemple en pratiquant des activités en dehors de votre boulot pour rencontrer des habitants « locaux ». Cours de danse, de théâtre, équipe sportive, salle de gym, musique… lancez-vous ! 

Attention ! L’amitié ça s’entretient, on n’oublie pas nos fidèles copains restés au pays. Pour nourrir la relation, on envoie des cartes postales, ou des lettres, si vous aimez le vintage.
Et on n’oublie pas de les prévenir à l’avance quand on prévoit de revenir quelques jours. La vie de vos amis continue et ce n’est pas parce que vous revenez le temps d’un weekend qu’ils vont pouvoir abandonner tous leurs plans pour profiter d’une soirée avec vous. Alors, on prévoit !

pays

4/ On apprend la langue du pays

D’accord, au boulot, dans la rue, dans les resto… vous arrivez à vous faire comprendre car beaucoup de pays ont fait de l’anglais ou du français leur deuxième langue comme la Suède, le Qatar ou la Thaïlande). Mais si vous souhaitez vous intégrer complètement dans votre environnement et vivre l’expérience comme les locaux, il va falloir vous délier la langue

 

Que faire ?

Si vous partez avec votre entreprise, demandez des cours à votre employeur car souvent, ces frais peuvent être pris en charge. 

Si vous partez à l’aventure en mode sac-à-dos pour repousser vos limites, pourquoi ne pas trouver un petit job de transition qui vous plongera dans le grand bain ? Serveur, vendeur, baby-sitting… le mieux, c’est sur la tas pour parler vrai.

Bon à savoir :

Sachez que les jobs avec les enfants sont très formateurs car ces petits bouts seront ravis de pouvoir transmettre leur langue du haut de trois pommes. Ils ne se lasseront jamais de vous répéter dix fois les mêmes choses, d’aller doucement, de vous montrer… mieux, ils en seront fières. Vous connaitrez tout le vocabulaire de base en deux mois, c’est promis. 

pays

5/ Je me renseigne sur mes obligations fiscales

C’est un point à ne pas négliger avant son départ (on a bien dit, AVANT). Surtout qu’avec le prélèvement à source, ce changement de vie peut-être un sacré mic-mac. Car si certains pays bénéficient d’une convention fiscale avec la France, il se pourrait également que vous deviez faire face à une double imposition.

Que faire ?

Allez rapidement tout vérifier sur impo.gouv et sur le site des impôts du pays qui vous accueille.

Le mieux :

Garder un compte en France duquel vous pourrez pays vos impôts ou charges qui vous aurez échappées, afin d’éviter les frais supplémentaires.

pays

 

Vous êtes maintenant prêts pour organiser votre départ vers votre nouvelle vie. Et si vous ne savez pas encore où poser définitivement vos valises, vous pouvez découvrir cet article des Échos Start et son top des pays où il fait bon vivrestart.lesechos.fr/travailler-a-letranger

 

Laisser un commentaire

Top
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Facebook5k
Facebook
Instagram1k
YouTube30
YouTube
PINTEREST2k