Vous êtes ici
Home > Portraits Rouennais > Les secrets du groupe Huit Nuits

Les secrets du groupe Huit Nuits

huit nuit rouen

Nous avons rencontré les membres du groupes Huit Nuits, un groupe rouennais à écouter sans plus attendre … Ils nous en disent un peu plus sur eux et nous livrent quelques secrets …

 

 

Huit Nuits, c’est qui ? C’est quoi ?

Huit Nuits c’est Manon, Pierrick, et Bertrand – c’est la fusion de deux voix, l’effervescence de deux langues, la rencontre entre un violoncelle, une guitare, une batterie, un glockenspiel, et des steeldrum.

Huit Nuits c’est une porte sur l’imaginaire.

 

Comment est né Huit Nuits ?

Un soir au printemps 2015, un peu ivres (chuuut), Oh sister de Bob Dylan, deux voix s’entremêlent, Huit Nuits nait.

 

Quel a été l’évolution de Huit Nuits depuis ses débuts ?

Huit Nuits n’a cessé d’évoluer et de préciser son univers depuis ses prémices. De par une succession de rencontres tout d’abord – le 106, le Trianon Transatlantique, notre batteur Bertrand Geslin arrivé en court de route, les groupes dont nous avons fait les 1ère parties (Volo, Les Innocents, Lisa Leblanc), et bien sûr notre belle équipe composée de Renaud Aubin au son et Léo Courpotin aux lumières …

Grâce à un public encourageant également, nous nous permettons aujourd’hui d’être toujours plus audacieux en termes de proposition artistique.

 

Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Nous sommes des affamés, de musique, de littérature, de cinéma, de peinture… Toute nourriture est bonne à prendre. Nous rêvons sur Baschung, Gainsbourg, Jack the Ripper, Sigur Ros, mais aussi Anaïs Nin, Baudelaire, Murakami, Jodorowsky… La liste est longue.

 

Comment travaillez-vous entre vous ? 

C’est un véritable laboratoire. Les textes viennent de Manon ou Pierrick. La mélodie de base souvent de Pierrick. Ensuite vient le travail d’arrangement, ensemble on enrichie, le violoncelle, la deuxième voix, et les percussions viennent se juxtaposer au reste. Ca prend du temps et ce n’est jamais figé. C’est aussi ça qui est excitant…

 

Comment vous y prenez vous pour écrire ? Et pour composer ?

Pour écrire il n’y a pas de formule magique. C’est une question d’état et d’inspiration. Manon aime l’ambiance des cafés et la vie autour, Pierrick préfère la quiétude de son chez lui. Pour composer c’est à peu de chose près le même mécanisme. Se laisser traverser par ses expériences, puis dompter sa mélodie intérieure du moment afin de l’extraire de soi.

huit nuit rouen

Que souhaitez vous transmettre au public ? 

Des émotions !!! De la poésie, de l’ailleurs… En concert, nous ne sommes plus seuls détenteurs de nos textes et nos mélodies. Nos morceaux s’en vont habiter l’oreille de chacun. Libre au public de les faire siens.

 

Comment vivez-vous les concerts, le face à face avec le public ?

Nous cherchons à créer un pont entre nous et les gens, à vivre ensemble une parenthèse, presque mystique. La scène c’est addictif et tellement électrisant. La pudeur disparait et on peut en toute légitimité dévoiler un peu de son monde intérieur. Il y a ce sentiment de lâcher-prise réciproque…

 

En quoi Rouen compte pour vous ?

Rouen a vu naitre un certain nombre d’auteurs et de créateurs, je pense que ce n’est pas un hasard. La ville porte en elle quelque chose de mystérieux, séduisant, et hors du temps. Peut-être part son architecture médiévale mais aussi par son atmosphère. Et qui n’est pas un peu atteint par sa grisaille ! C’est vrai ! Elle vous entre dans le crâne ! Ce n’est pas toujours réjouissant mais ce maelstrom-là est une source inépuisable d’inspiration.

 

Quelles sont vos prochaines dates ?

Nous jouons le 16 juin dans l’église de Fontaine-sous-Préau et le 21 juin à l’hôtel de région de Rouen. Nous jouerons également à Barfleur en septembre et lors de la prochaine édition du festival Chant D’Elles ! Pour prendre connaissance de toutes nos dates et actus, faites un tour sur notre Facebook ! Et notre nouvel EP Entre Deux Mondes et son clip sortiront en novembre prochain !

 

Quelques mots, quelques phrases, à communiquer au public ?

Viens nous écouter ! On te racontera la mer hors saison, les nuits au nord de nulle part, et après on ira boire des verres et refaire le monde. BISOU !

 

Une ou deux anecdotes croustillantes à raconter ?

Une petite histoire drôle… Un jour où nous répétions au 106, la chaine Normande est venue nous interviewer. C’était peu de temps avant de jouer en première partie des Innocents dans la grande salle du 106. Manon a annoncé avec grand naturel à la caméra que nous ferions la 1ère partie non pas des Innocents, mais des Inconnus…  (Bisou Didier Bourdon)

huit nuit rouen

Laisser un commentaire

WordPress spam bloqué par CleanTalk.
Top
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Facebook5k
Facebook
Instagram1k
YouTube30
YouTube
PINTEREST2k